Ernst Jünger: “Nuit en forêt”

door Prachtige Pjotr

J’avais roulé jusque dans la forêt pour y dormir, et j’y dépliai mes couvertures au bord d’un ruisseau. Au coeur de la nuit, un bruit me réveilla. Je vis que la lune s’était levée. Deux énormes oies de neiges s’étaient posées et barbotaient le long de la rive. L’une était blanche, avec un col bleu comme celui du paon, l’autre avait pour manteau une paire d’ailes d’un bleu profond. Elles s’approchaient sans bruit; la couleur tranchait vivement sur le blanc neigeux de leur plumage. Quand je me redressai, elles disparurent, et avec elle un cortège d’animaux à la tête duquel elles marchaient. J’avais déjà remarqué dans les fourrés des bois de cerfs, des mouvements. Il ne resta plus que la lumière bleue et blanche de la lune.

JÜNGER, Ernst, Graffiti/Frontalières, Paris: Christian Bourgeois éditeur, 1977, 130.

Advertenties